Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Les femmes saoudiennes sont belles sous leurs burqas

    Enfin les femmes saoudiennes vont pouvoir prendre le volant et assister à des évènements sportifs dans les stades. Le royaume du golfe à récemment décidé d’assouplir les restrictions imposées à la catégorie féminine. En Arabi Saoudite, c’est l’homme qui commande. La femme est soumise sous à la tutelle de son père, de son frère et de son mari après le mariage. Dans les espaces publics, la séparation entre les deux sexes est obligatoire.

    femmes sa.png

     
    La plupart des femmes saoudiennes "se baignent" dans l’argent de leur famille. Le pays est le premier exportateur du pétrole dans le monde. L’or noir remplit les poches.  Le shopping de luxe, les soins corps et visage et même la chirurgie esthétique comme la lipoaspiration, l’augmentation des seins, la rhinoplastie…permettent aux femmes saoudiennes de se défouler, d’avoir plus de confiance en eux et de briser la monotonie dans un environnement social qui leur interdit presque tout. Elles se promènent quotidiennement dans les centres commerciaux. Ces lieux présentent pour elles des endroits de promenades sécurisés.


    Sous leurs burqas, elles cachent des vêtements de marques comme Dior, Versace, Channel, Gucci, des sacs Louis Vuitton, des parures de diamant excessivement chers, des visages parfaitement maquillés…C’est bien le contraire de ce que croient beaucoup de gens. Les femmes saoudiennes accordent trop d’importance à leurs apparence physique : elles aiment les bijoux, les robes, les parfums, les produits d’amincissement… Les plus riches sont adeptes des opérations esthétiques…bref, comme toutes les femmes, elles aiment se faire belles… La polygamie les incite peut-être, de prendre toutes les précautions nécessaires, question de concurrence entre femmes…


    Mais, que vaut la beauté sans avoir le droit d’être libre ? La liberté de la femme est encore un sujet tabou en Arabie saoudite, un pays où la moitié de la population à moins de 25 ans. Combien de jeunes femmes de cette nouvelle génération souhaitent savourer le goût de la liberté. Les militants des droits de l’homme ont encore du travail à faire…